Si vous ne visualisez pas correctement le contenu, cliquez-ici
NEWSLETTER FEVRIER 2022
Le Professeur Montagnier : un scientifique novateur et découvreur.
Un homme courageux
            Capture d'écran CNews

A l'occasion du décès du Professeur Montagnier, et pour rendre hommage au scientifique novateur et à l'homme courageux qu'il fut nous voudrions retracer son long chemin de travaux et de découvertes.

Il y a deux périodes dans sa carrière. La première, celle du spécialiste de l’ARN, l’a conduit au prix Nobel en 2008. La seconde, après 2010, a été celle de combats humainement très dignes, intellectuellement très courageux et qui l’a conduit, avec une grande honnêteté, à aller à contre-courant de la « vérité » médicale et scientifique officielle, en particulier au sujet du coronavirus du SARS Cov2, de son origine, et des problèmes posés par les vaccins à ARNm.

Très jeune, en 1960, Luc Montagnier rentre au CNRS pour travailler sur la biologie moléculaire et 3 ans plus tard il découvre en Angleterre la possibilité qu’ont les virus à ARN de se répliquer, comme la molécule d’ADN, en produisant un brin complémentaire (double hélice). En France, utilisant astucieusement le travail de Rous sur le virus du sarcome, il démontre que ce rétrovirus peut intégrer son patrimoine génétique dans l’ADN des cellules infectées. Le dogme de la biologie moléculaire de Monod, Lwoff et Jacob, celui de la transcription unidirectionnelle ADN-ARN-protéine est remise en cause. C’est sur proposition de Jacques Monod qu’il crée à l’Institut Pasteur une unité d’oncologie virale consacrée à l’étude des oncornavirus. Il est rejoint par Jean-Claude Chermann et sa collaboratrice Françoise Barré-Sinousi et ils se consacrent à la recherche de rétrovirus susceptibles d’infecter les cellules humaines C’est ainsi qu’ils découvrent en 1983 le LAV dans les ganglions d’un malade atteint du Sida. Ils réussiront, après de longues séquences d’échange-collaboration-lutte avec l’équipe de Gallo aux USA (Jean Claude Schermann avait envoyé en 1983le virus LAV à Gallo pour une coopération entre les deux équipes américaine et française) à démontrer son implication dans le Sida. Le Professeur Montagnier et son équipe travailleront à la mise au point d’un test sérologique du virus et ils découvriront quelques années plus tard une nouvelle forme du virus en Afrique. Il cessera de travailler en France en 2001 et recevra avec Françoise Barré Sinousi, le prix Nobel de Médecine en 2008. Montagnier regrettera que le Professeur Schermann, qui avait été également une tête pensante et un acteur de ces recherches ne soit pas également Prix Nobel.

Entre temps le Professeur Montagnier, atteint par la limité d’âge des chercheurs en France, était parti aux Etats-Unis en 2001 et avait commencé à travailler sur certaines maladies chroniques (Alzheimer, polyarthrite) tout en continuant à travailler sur le virus du Sida et en dirigeant, sous l'égide de l'Unesco, la Fondation mondiale recherche et prévention sida, organisant des centres de recherche en Afrique.

Après le décès de Jacques Benveniste, en 2004, Le Professeur Montagnier travaillera avec Bruno Robert, et le collaborateur de Jacques Benveniste qui effectuait les travaux sur la transmission électronique de l’information biologique, Jamal Aïssa, sur ce thème. A la différence de Jacques Benveniste qui en faisait un thème de recherche pour prouver l’action des hautes dilutions utilisées en homéopathie, Montagnier et son équipe utiliseront cette méthode pour détecter la présence de nanostructures d’ADN bactériens émettant des signaux électromagnétiques et mettre ainsi en évidence leur implication dans certaines maladies chroniques. L’équipe publiera plusieurs articles et en 2014, une soirée sur Arte sera consacrée à l’étude de la « téléportation de l’ADN » avec une coopération entre l’équipe de Montagnier et une équipe italienne, celle de Vitiello (1). Elle n’aura pas le succès attendu.

Le Professeur Montagnier avait également créé avec différents médecins, dont le Docteur Gérard Guillaume l’association Chronimed consacré à l’implication possible de bactéries dans des maladies chroniques, dont l’autisme, et à l’étude des infections froides. Cette méthode de détection des signaux électromagnétiques de l’ADN bactérien impliqué dans les maladies chroniques restera controversée. Elle impliquait par exemple l’utilisation au long cours d’antibiotiques dans des affections tels l’autisme. Conscient des difficultés liées aux effets iatrogène pouvant être induits, Montagnier et son équipe avaient pour projet de travailler à un traitement de type électromagnétique.

En 2017, le professeur Montagnier s’engagera auprès du Professeur Joyeux dans une conférence destinée à alerter des potentiels de certains vaccins. Il est juste de souligner que ces produits sont administrés à des sujets sains et qu’il est totalement légitime de veiller à ce qu’ils aient très peu d’effets secondaires, et surtout aucun effet secondaire grave. Cette démarche a été hélas mal comprise.

En Novembre 2019, lors d’une matinée consacrée à l’Assemblée Nationale à la défense de l’homéopathie (2), ceci à l’initiative de quelques députés, le Professeur Montagnier a exposé sa conception sur les capacités de transmission, par l’eau (existence d’une « 4ème phase » de l’eau), d’informations biologiques provenant de hautes dilutions et aussi de bactéries. Il a également parlé de « mensonge par omission » à propos de la non prise en considération des écrits scientifiques favorables à l’homéopathie et a prononcé des mots bienveillant et chaleureux en faveur du maintien de l’homéopathie, ceci à destination de la ministre de la Santé de l’époque, Madame Agnès Buzyn.

En mars 2020, lors de la mise en évidence du coronavirus dans la pandémie de SARS Cov2, il émettra très vite, avec le mathématicien Jean Claude Perez, l’hypothèse que ce virus avait pu être accidentellement préfabriqué lors de la recherche d’un vaccin contre le Sida car il contenait 5 à 6 fragments de HIV-1 et HIV-2. Cette hypothèse fortement controversée à l’époque, fait maintenant figure d’une hypothèse totalement crédible, en dehors de toute idée « complotiste » qui impliquerait une intentionnalité. Le Professeur Montagnier a seulement émis l’hypothèse d’une origine accidentelle à l’origine de la fuite de ce virus à partir du Wuhan Institute of Virology.

Il a également été très alarmiste, au bon sens du terme, à propos de la non indication des vaccins à ARNm contre le SARS Cov2 et en particulier de leur implication possible dans les cas de Creutzfeldt-Jakob survenus au décours de la vaccination. Cela n’implique pas que ces effets secondaires soient obligatoirement dus aux vaccins à ARNm, mais leur survenue nécessiterait une étude approfondie de leur balance bénéfice risque.

Le Professeur Montagnier était en faveur de vaccinations sans danger, conscient qu’ils étaient administrés à des sujets sains. Venant d’un pastorien qui a été un innovateur, un découvreur, auquel le Prix Nobel a été décerné à propos d’une des maladies infectieuses les plus graves de notre époque, son avis courageux, digne, intelligemment argumenté, mériterait d’être écouté et considéré avec attention et respect, sans aucun préjugé négatif. Et ceci est encore plus vrai maintenant qu’il n’est plus parmi nous.
Tout en étant conscient des débats indispensables au sein de la communauté scientifique, où la controverse et la dureté des combats est de règle, nous émettons le vœu qu’aucun anathème ne soit jeté sur toutes les idées audacieuses qu’il a émises, en collaboration avec d'autres très bons chercheurs, sur tous les sujets abordés, qu’il s’agisse de la transmission de l’information électromagnétique par des hautes dilutions et par l’ADN bactérien, de leur rôle possible dans les maladies chroniques, de l’origine du virus SARS Cov2, et de l’indispensable attention accordée aux vaccins biotechnologiques, dont l’utilisation mérite autant l’application du principe de précaution que les maladies qu’ils sont destinés à prévenir.
L'histoire retiendra l'apport précieux des travaux de cet homme et de son équipe au patrimoine intellectuel et scientifique de l'humanité. Avec reconnaissance.

Dr Bernard Poitevin et tout le bureau de la Société Savante d'Homéopathie
1) https://www.dailymotion.com/video/x3sbctn
2) https://www.youtube.com/watch?v=5l5pGtZINMQ
Congrès de printemps de la FNSMHF à Giverny 19/21 Mai 2022
Jardin de Monet in " Giverny source d'évasion"
Le 62ème Congrès de Printemps 2022 de la Fédération nationale des sociétés médicales homéopathiques de France, est organisé par la Société Française d’Homéopathie Il se tiendra à Giverny du 19 au 21 mai 2022.

Son thème « Faut-il sauver l'homéopathie » réunira des orateurs médecins, vétérinaires, pharmaciens et même patients abordant toutes les facettes de la pratique et des réflexions sur l'homéopathie, son histoire, son avenir, ses possibilités, ses atouts, sa pertinence.

Deux grandes invitées politiques Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et Stéphanie Kerbahr députée de Seine Maritime viendront apporter leur éclairage sur l'utilité et l'avenir de l'homéopathie.

Une visite du jardin de Monet ainsi qu'une visite guidée du musée des impressionnistes compléteront le tableau !
Signez la pétition de la ligue homéopathique internationale LMHI pour l'OMS
Cette pétition initiée conjointement par la LMHI et l'association de patients américains « Americans for Homeopathy Choice » s'adresse au Directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour lui demander de lancer sans délai des formations de praticiens en homéopathie afin que l'on puisse utiliser cette thérapeutique en soutien vis à vis de la crise imminente des pathologies antibiorésistantes.

Les signatures sont collectées jusqu'au 10 Mars prochain avec ce lien
Congrès en ligne du Homeopathy Research Institute le 25 Juin 2022
Cette conférence en ligne, d'une journée, autour du thème « Collaborations clés en recherche homéopathique » réunira les présentations de 12 conférenciers internationaux de renom: https://www.hri2022.org/speakers/

Il sera possible non seulement d'écouter leurs présentations mais aussi de leur poser des questions en ligne
Plus d'informations ici: https://www.hri2022.org/
La Société savante d'Homéopathie est indépendante de tout sponsor, elle ne peut fonctionner que par et pour ses adhérents. Nous comptons sur vos adhésions pour continuer d'exister et donner une voix à l'expertise homéopathique en France :
https://www.assh-asso.fr/images/APPEL-DE-COTISATION-2022.pdf
Pour ne plus recevoir cette newsletter, cliquer ici